Travaux

Quelles sont les aides possibles pour la rénovation de votre logement

Au fil des années, nos habitations souffrent de plusieurs usures. Des travaux s’imposent pour remplacer un toit branlant, une chaudière, ou une fenêtre qui isole de plus en plus mal. C’est là qu’interviennent les aides de rénovation pour logement. Les types de dispositifs, les conditions d’admission, les travaux éligibles, les nouveautés par rapport à l’année passée… On vous dit tout dans cet article.

L’efficacité énergétique au centre des priorités

Cette année 2022, le Gouvernement a introduit des changements sur les aides en faveur des travaux de rénovation énergétique des foyers. Pour les prêts, la durée du remboursement a été allongée dans la majorité des cas. Les conditions d’accès sont plus souples pour certaines aides et restrictives pour d’autres. Le montant des aides a été pareillement revu. Ce qu’il faut retenir, c’est que l’État réclame des travaux de rénovation de plus en plus ambitieux de la part des propriétaires d’habitation principale.

L’éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ)

Le prolongement du dispositif jusqu’à fin 2023 a été approuvé par vote du Parlement. Tous les propriétaires de biens peuvent prétendre à l’éco-PTZ, sans aucune condition de ressources. Ils auront 20 ans pour liquider leurs dettes, contre 15 ans auparavant. Autre nouveauté, le volume de prêt maximum pouvant être accordé est passé de 30 000 € à 50 000 €.

Les certificats d’économie d’énergie (CEE)

Ce dispositif ne gagne pas beaucoup d’adeptes, pourtant il a tout pour plaire. Les certificats d’économie d’énergie ouvrent droit à des baisses tarifaires lorsque les travaux répondent à des objectifs d’efficacité énergétique (isolation des fenêtres ou des planchers…). Attention aux arnaques ! Engagez les services d’un professionnel RGE.

Ma Prim’Renov

Vous êtes le propriétaire d’un bien vieux de plus de 2 ans ? Vous ne pourrez plus prétendre à la prime de rénovation énergétique. Ma Prim’Renov s’adresse désormais aux biens d’habitation de plus de 15 ans d’ancienneté. Exception à la règle : l’aide demeure accessible aux biens récents si la rénovation porte sur une chaudière alimentée par le fioul ou une cuve à fioul.

Le statut des bénéficiaires n’a pas changé : peuvent également y accéder les propriétaires qui occupent le bien à titre de résidence principale, les bailleurs et les copropriétaires.

Les modifications ont trait à la durée d’occupation du bien : le propriétaire doit au moins y résider 8 mois par an ; le bailleur qui demande à bénéficier du dispositif s’engage à occuper les lieux au moins pour 5 ans.

Ma Prim’Renov Sérénité

Le dispositif Habiter mieux Sérénité change de nom pour devenir Ma Prim’Renov Sérénité. Les bénéficiaires de l’aide sont surtout les foyers qui nécessitent de gros changements dans le cadre de la performance énergétique. Votre projet peut être assuré jusqu’à 50 % pour un montant maximum de 30 000 €.
Remarquez qu’il est possible de cumuler Ma Prim’Renov Sérénité avec d’autres aides à la transition énergétique comme l’éco-prêt à taux zéro.

Les aides des collectivités territoriales

Dans le cas d’une réhabilitation d’envergure, sachez que les autorités locales acceptent de donner un coup de pouce. Prenez la peine de contacter votre commune, votre district ou votre arrondissement. Les aides à l’échelle locale prennent généralement la forme d’une exemption d’impôts fonciers.

Réduction de TVA

Pour continuer dans le chapitre des allègements fiscaux, améliorer l’efficacité énergétique de votre bien d’habitation réduirait la TVA à 5,5 %. Cela dit, assurez-vous que les travaux prévus sont éligibles à la réduction. Si vous installez un sauna, une baignoire jacuzzi ou un climatiseur de type pompe à chaleur, il y a fort à parier que vous paierez plus de TVA que d’habitude. Les équipements de luxe et les interventions n’améliorant pas le confort thermique de manière sensible ne sont pas couverts.

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.